Skip to content
avril 11, 2011 / dianerodrigues

WikiLeaks et réseaux sociaux

L’utilisation des réseaux sociaux a explosé ces dernières années. D’abord l’apanage du grand public, les entreprises ou les organisations y ont vu à juste titre un outil puissant pour s’adresser à une communauté. Les réseaux sociaux sont un outil de communication de l’organisation vers son public, mais ils sont aussi un moyen de faire adhérer le public à une cause, en faisant partie intégrante de son quotidien. « Les réseaux sociaux deviennent pour elles des sources de veille et d’information. Elles les utilisent pour surveiller la cote de leur image et faire passer les détracteurs de leurs produits en véritable ambassadeurs acquis à leur cause. » (Real Del Sarte, Les réseaux sociaux sur Internet, Editions Alphée Jean-Paul Bertrand, 2010, pp. 11-12.)

WikiLeaks revendique cette idée de communauté sur le net : « Wikileaks is a global platform for Whistleblowers, in which internal documents can be published. The idea is that arcane knowledge becomes common knowledge and the world a better place. » dit cet interview de Julian Assange.

Facebook et Twitter

Il n’est alors pas étonnant de retrouver l’organisation de WikiLeaks sur les plus populaires des réseaux sociaux. Sur Facebook, la page officielle de WikiLeaks a 1 684 989 adhérents, au 7 avril 2011, et qui augmentent un peu plus chaque jour. Cela veut dire

1 684 989 utilisateurs qui reçoivent quotidiennement les news de l’organisation lorsqu’ils se connectent sur Facebook. Cette page propose également des fonds d’écrans au logo de Wikileaks et un extrait de leur catalogue de t-shirts à l’effigie de l’organisation.

Sur Twitter, Wikileaks a 845 501 abonnés au 7 avril 2011, et un total de 3844 tweets. Dans l’étude « Global Attitude Towards Wikileaks » (2010) D. Clayton, J. McDaniel et A. Sudarmawan note que Wikileaks a été un grand sujet d’interaction sur Twitter. Ils ont collectés les tweets et repartis entre quatre catégories ; messages positifs, négatifs, les messages d’informations et les blagues. La majorité des tweets au sujet de WikiLeaks sont informationnels. « (…) the most important use of Twitter is as a mean of spreading news and information rather that commenting on that news ». (D. Clayton, J. McDaniel et A. Sudarmawan (2010), p. 3.)

Cependant, cette même étude montre que les tweets concernant WikiLeaks sont devenus de plus en plus négatifs. Mais, l’important n’est pas le contenu mais la force de contact de ses réseaux, qui forment une caisse de résonnance de l’information.

De plus, cliquer « Like » sur Facebook indique à tous les contacts d’un utilisateur que ce dernier soutien ou aime l’organisation. De même que cliquer « Follow » sur Twitter signifie que l’utilisateur s’y intéresse. Nous pouvons émettre l’hypothèse que ces réseaux sociaux et ces fonctionnalités « J’aime » et « Suivre » sont capables d’établir un lien fort entre WikiLeaks et son public.

Réponses de la communauté

Dans son livre « Inside WikiLeaks », Daniel Domscheit-Berg décrit le gel du compte Paypal destinés aux donations à WikiLeaks. Il s’agissait d’un problème de statut de l’organisation, qui n’avait jamais prouvé à PayPal que WikiLeaks était une organisation d’utilité publique. Jusqu’à preuve du contraire, l’organisation de Julian Assange ne pouvait faire aucun retrait. Selon Domscheit-Berg, le New York Times débloqua la situation, en publiant un article demandant de soutenir le projet de WikiLeaks à la fin de septembre 2009. Selon un article plus tardif du New York Times, WikiLeaks a tweeté que PayPal « surrendered to U.S. government pressure ».

Les réactions ne se sont pas faites attendre, un groupe d’activistes et hackers anonymes ont revendiqué l’attaque du site de PayPal, Mastercard et le service de la Poste suisse en ligne.

Détracteurs ou défenseurs de la cause de WikiLeaks, le site fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Les informations, les liens et les tweets sont transmis et retransmis par les utilisateurs. Aujourd’hui, ces réseaux sont d’une importance capitale, avec les médias, en ce qui concerne la formation d’une opinion publique. Et WikiLeaks n’a pas fini de faire parler de lui en réseau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :